La méthode Irène Popard ET SON HISTOIRE

La méthode Irène Popard est la 1ère méthode française d’éducation corporelle accessible aux femmes, ouverte sur le sport, la gymnastique et la danse. Créée dès 1917, elle s’est inspirée de:
- La gymnastique de DEMENY
- La danse d’Isadora DUNCAN
- La rythmique de Jacques DALCROZE
-La pensée philosophique de Henry BERGSON


Cette méthode concerne tous les publics, des enfants aux adultes, amateurs et professionnels. Par ses mouvements naturels, elle est éducative, formatrice et esthétique. Son enseignement permet à l’enfant et à l’adulte de connaître son corps, de le maitriser dans l’espace et dans le temps. Ces acquis permettent sans limite d’âge une ouverture au sport, à la danse ou simplement un entretien corporel.
La spécificité de la méthode I.Popard réside dans l’alliance de l’éducation corporelle et de l’évolution harmonique et rythmique. Son enseignement est progressif , dosé et s’adapte à l’âge de chaque élève.
L’approche du corps est toujours basé sur la respiration et le contrôle de l’effort. Les cours proposés sont structurés et se déroulent dans la bonne humeur. Ils permettent la correction de mauvaises postures et l’application de bonnes attitudes au quotidien.

Un des principe fondamentaux de la méthode est la relation étroite entre la musique et le mouvement. Spontanéité et créativité font de la Méthode une pratique ludique. La gymnastique harmonique et rythmique a pour but l’éducation corporelle et pour moyen le mouvement en musique, la qualité du geste et l’épanouissement.

La méthode propose une gamme d’exercices progressifs. Les cours sont établis selon l’âge physiologique:

De 3 à 5 ans (Cours mixte)
Pour cette tranche d’âge , le principe fondamental est d’éduquer sans contrainte, de respecter la spontanéité et l'univers de l'enfant. Il assimile les notions principales par l’exploration et le jeu. Il observe, comprend et agit ensuite seul.

De 6 à 10 ans
L’âge des perfectionnements, du goût de l’effort dirigé. Dès 6 ans, les enfants apprécient les combinaisons d’exercices et la familiarisation avec le vocabulaire technique.
Le rythme plus élaboré et les mélodies permettent des évolutions harmoniques. Les élèves sont capables d’interpréter des enchaînements en alliant mémoire et coordination.
Quatre fondamentaux sont mis en place: l’espace, le milieu ou la barre, les enchaînement et la créativité.

Les pré-adoslescents de 11 à 14 ans.
L’âge où l’on aborde plus profondément la souplesse, la vitesse, la détente, la coordination et l’interprétation. Un travail plus intense, plus poussé et plus complexe.

Les adolescents, de 15 à 18 ans
Technique approfondie, musicalité et sensibilité encore plus sollicitées. La technique est au service de l’expression.

Les adultes
La méthode s’adresse aux adultes amateurs ou confirmés, dans le cadre d’une pratique hebdomadaire de loisirs.

ecole danse commeyne 25.jpg

Les bases de la méthode
Les mouvements “complets-continus-arrondis” sont exécutés avec ampleurs, sans variation rythmique ni contraction. Le mouvement de DEMENY, vif au départ, met successivement en action toutes les masses musculaires, dans tous les plans, toutes les directions et en tous sens, sous forme de courbes, de spirales et d’ellipses.
Les mouvements lancés basés sur des méthodes sportives ont pour effet d’augmenter l’élasticité musculaire, l’aisance articulaire et l’amplitude du geste. “Relâchement” et ”contraction” musculaires se succèdent et s'alternent de façon ininterrompue mais contrôlée.

Les bases gymniques éduquent par la connaissance du corps et de son fonctionnement.
La méthode apporte le plus grand soin à la recherche de l’harmonie entre les grandes fonctions:
respiratoire, cardiaque, digestive, circulatoire et nerveuse.
La musique , au service du mouvement, permet l’expression.
Le rythme du travail proposé respecte le rythme physiologique de chacun.


L’importance d’aborder l’improvisation dans un cours est essentielle. L’improvisation est un moyen d’éducation privilégié qui permet le plein épanouissement. C’est là une des priorité de l’enseignement I.Popard: Improvisation spontanée, improvisation dirigée, ou improvisation de groupe. La spontanéité existe. Il s’agit de ne pas la perdre, de la retrouver ou de la solliciter.
La méthode allie l’art et le sport par un effort gymnique, harmonique et rythmique.

I.Popard (1894-1950)

Pédagogue du mouvement français de la Gymnastique harmonique et rythmique.
Adolescente, elle découvre aux États-Unis, entre 1911 et 1913, la danse d'Isadora DUNCAN et suit les cours de S.MAC-KAYE, disciple de François DELSARTRE.
De retour en France,, elle devient l’élève de georges DEMENY, un des fondateurs de la biomécanique, dont les théories sur l’harmonie du mouvement reliées à la notion d’économie d’effort l’influencent fortement.
Musicienne , elle étudie la méthode DALCROZE, dans laquelle elle trouve un complément efficace à sa recherche du mouvement juste et accessible à tous.
En 1917, elle détermine les bases de sa propre méthode et ouvre à paris en 1921 une école réservée uniquement aux femmes, où elle enseigne jusqu’à la fin de sa vie, mettant en place une pédagogie adaptée du jeune enfant à l’adulte, démarche très novatrice à l’époque.

Elle crée également des compositions dansées inspirées par l’expression des mouvements d’ensemble, dont la Naissance des couleurs, qu’elle présente en 1949 à l’Opéra de Paris, à la demande de Serge LIFAR.

 www.irene-popard.com

Irène_Popard_-_Studio_Harcourt_-_circa_1940.jpg

Qu’est-ce que la danse Contemporaine?

3.jpg

“Si tout art est “contemporain”, donc actuel, pour celui qui le vit à son époque, l’expression a recouvert différentes techniques et esthétiques apparues au cours du XXème siècle. Il est admis d’en limiter le concept à des chorégraphes et à des œuvres qui relèvent du champ de la danse moderne, d’après 1960, à travers deux importantes figures que sont les chorégraphes américains Merce Cunningham et Trisha Brown mais surtout de ses prolongements et des travaux de leurs élèves. Ainsi, en France, à la fin des années 1970, s’est développé la “Nouvelle danse française” sous l’impulsion notamment d’Alwin Nikolais qui crée le Centre National de danse contemporaine. En Allemagne se développe la danse-théâtre avec les travaux de Pina Bausch au sein de sa compagnie Tanztheater Wuppertal qui deviendra, à son tour, une référence de la danse contemporaine.

178900_204736252981921_1644505260_n.jpg

Résultant d’abord d’une volonté de se démarquer des générations antérieures, mais aussi de questionner les limites du spectacle vivant, les danseurs et chorégraphes contemporains se sont emparés du concept et se le sont approprié, reconnaissant tacitement entre eux une manière identique d’aborder les problématiques du mouvement et du corps en représentation.

Les ateliers d'improvisation et l’improvisation sur scène (comme l’on fait Steve Paxton et Simone Forti) deviennent un important moyen d’exploration des capacités de mouvement du corps et d’expression personnelle pour les danseurs chorégraphes.

La danse contemporaine emprunte les techniques aux courants modernes ou classiques. Elle les actualise ou les détourne, les métisse de théâtre, de littérature, d’arts plastiques, de cinéma, d’architectures et d’autres disciplines artistiques jusqu’à les substituer à la danse pure avec le mouvement dit de la non-danse.

Source: Wikipédia

 

La technique de la danse classique se fonde sur un vocabulaire précis, même quand elle donne lieu à différentes méthodes. En revanche, en danse contemporaine, si le travail du corps est extrêmement important, il ne correspond cependant pas à une technique unifiée et codifiée. Tout mouvement est susceptible de devenir de la danse et l’enjeu technique consiste à offrir au corps une grande disponibilité plutôt que l’acquisition d’un vocabulaire. Mais n’y a-t-il pour autant aucune technique en danse contemporaine ?

Dans la danse contemporaine, le danseur est formé de façon à développer ses savoir-faire et à les compléter. Il acquiert généralement plusieurs techniques, qui ne relèvent pas toutes du champ de la danse. Il peut se former au sein d’écoles, telles P.A.R.T.S à Bruxelles, le CNDC à Angers, ex.e.r.ce master à Montpellier ou encore le Conservatoire national supérieur de Paris ou de Lyon. Il peut aussi suivre un parcours personnel qu’il nourrit alors en assistant à des stages et à des cours réguliers qu’il choisit. Il suit certes des classes de « danse contemporaine », mais aussi de classique, de jazz, de techniques somatiques, d’improvisation, de yoga, etc. Tout ce qui concerne les capacités du corps peut lui être utile. Enfin, outre la dimension proprement physique, il s’attache à la qualité du mouvement et est invité à se l’approprier plutôt qu’à reproduire des formes.

En somme, en danse contemporaine, s’il y a technique, elle est constituée de plusieurs pratiques. Et même – pour reprendre les mots du chorégraphe Boris Charmatz[1]– « si tout geste est relié à la manière dont on perçoit le monde, activité symbolique et esprit critique relèvent de ce fait de l’apprentissage dit “technique” ».

Source: Numéridanse